Accessibilité

Sensibilisation aux handicaps

 

Qu’est ce que le handicap ?

Constitue un handicap, toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne, en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant.

Loi « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » du 11 février 2005.

Parmi nos clients, nombreux sont ceux qui, atteints d’un handicap passager ou permanent, ont parfois besoin d’un accueil plus personnalisé.

Accueillir sa clientèle, c’est une évidence ; bien accueillir toutes les clientèles, c’est encore mieux.

 

Combien sommes-nous à savoir qu’adapter notre accueil aux personnes en situation de handicap est parfois simple ?

Les clientèles étrangères dont certaines connaissent de bonnes conditions d’accueil et d’accessibilité dans leur pays d’origine apprécient également le développement d’une communication adaptée. Cette dernière pourra pallier l’absence de certaines traductions.

 

Présenter les documents aux personnes, c’est répondre à une incapacité de lecture (clientèle étrangère, déficience visuelle).

Compte tenu des évolutions morphologiques (taille, poids…), la notion d’espace est devenue un critère de choix de plus en plus demandé par la clientèle qui apprécie donc tous les aménagements dédiés aux personnes déficientes motrices…

La notion d’espace est aussi appréciée par notre personnel. Disposer de surfaces fonctionnelles et suffisantes, c’est contribuer au confort et au bien-être de notre personnel, faciliter la qualité et la rapidité des

échanges.

 

 

Des égards pour tous

Les personnes en situation de handicap vivent dans le même monde que nous tous. Elles peuvent travailler, avoir des loisirs, une vie sociale, partir en vacances…. Toutefois, à chaque handicap, correspond quelques règles simples pour faciliter la rencontre et vivre ensemble.

 

 

Quelques principes sont à garder en mémoire :

-      proposer son aide, ne jamais l’imposer,

-      s’adresser directement à la personne en situation de handicap, même si elle est accompagnée, car elle connait mieux que quiconque ses capacités et ses limites,

-      se tenir face à la personne, se présenter et s’identifier,

-      être à l’écoute, prendre son temps et savoir rassurer. Il est important de rester naturel pour essayer d’établir une relation de confiance,

-      parler lentement, sans élever la voix et répondre simplement aux questions,

-      donner une information claire, précise et fiable. Eviter les termes ou abréviations spécifiques,

-      rester attentif à tous les signes qui exprimeraient un accord ou une incompréhension, une crainte de ne pas réussir, une saturation devant trop d’informations,

-      interroger souvent la personne et n’hésiter pas à reformuler vos propos pour vous assurer une bonne compréhension,

-      respecter le rythme de déplacement de la personne si vous devez l’accompagner,

en cas de renseignement écrit, privilégier les schémas simples.

 

 

 

Personnes à mobilité réduite

 

Comme avec toute autre personne, l’échange repose sur le respect mutuel et l’égalité. Quelques conseils de bon sens :

-      surveiller son langage, personne n’est cloué dans un chariot ou une chaise roulante,…

-      proposer à la personne de s’assoir car le fait d’être debout est pénible,

-      éviter de s’appuyer sur le fauteuil roulant, familiarité qui peut être mal perçue et dangereuse, le fauteuil tient le rôle des jambes de la personne,

-      la personne en fauteuil ou de petite taille peut éprouver un sentiment d’exclusion. Il est donc préférable de se placer à sa hauteur dans la mesure du possible,

 

 

Personnes aveugles ou mal-voyantes

 

La communication visuelle n’existant plus ou peu, tout passera par la parole et le contact. Vous serez le plus souvent appelé à lire, écrire et informer oralement avec beaucoup de précisions.

 

Pour guider un aveugle, c’est le non-voyant qui tient le bras. Soyer précis dans vos explications.

 

En cas de danger, le mot « Attention » ne sert à rien. Il vaut mieux le remplacer par « stop ».

 

 

Personnes sourdes et malentendantes

 

Elles présentent une différence invisible. Seules les moyens pour communiquer sont différents : la lecture sur les lèvres, la langue des signes française ou un codage phonétique et certaines auront facilement recours à l’écrit.

Un dysfonctionnement de l’oreille peut provoquer des troubles de l’équilibre.

 

Pour s’adresser à une personne qui n’entend pas ou qui entend mal, ne pas arriver dans son dos pour ne pas la surprendre. On lui tape doucement sur son épaule pour lui indiquer notre présence.

Pour communiquer avec cette personne, se mettre face à face en évitant les contrejours. Il faut avoir un débit de paroles un peu ralenti et avoir une bonne articulation. Surtout éviter de mettre ses mains devant le visage pour échanger.

Avoir toujours à portée de mains un papier et un crayon pour échanger des informations.

 

Souvenez vous que vos mains, votre visage, vos yeux peuvent « parler » eux aussi.

 

 

Personnes en situation d’handicap mental

 

Une personne handicapée mentale présente une déficience, intellectuelle et de compréhension et de décision, variable. Elle est souvent en état de stress. Elle n’apprécie pas la foule, ni les ascenseurs.

 

Discuter et échanger est facile, quelques attitudes à avoir :

-      sourire ! votre visage mettra la personne en confiance,

-      même si la personne est accompagnée, lui parler en la regardant (ne pas communiquer qu’avec la personne accompagnante)

-       toujours laisser la personne s’exprimer jusqu’au bout

-       Lui parler avec un langage simple et des phrases courtes. Ne pas hésiter à répéter l’information plusieurs fois.

Tags: