L'Abbaye de Solesmes

Haut Lieu du Chant Grégorien

Ces hauts murs révèlent au promeneur attentif que le petit prieuré, fondé au XIe siècle, menacé d’anéantissement lors de la Révolution, puis relevé par l’Ordre Bénédictin établi par dom Guéranger au XIXe siècle, est devenu une grande abbaye, mère de nombreux monastères en France et au-delà des frontières.

  

Une fois passée la porte médiévale de l’église abbatiale, vous découvrirez les célèbres Saints de Solesmes, dont les traits et attitudes sont exceptionnels. Vous pourrez alors admirer La Mise au Tombeau du christ datant du XVe siècle et, lui faisant écho, « La Belle Chapelle » du XVIe siècle, entièrement consacrée à Notre-Dame.

                                                                                                                   

                                                        

Vue de Juigné-sur-Sarthe                                                                  Les Saints de Solesmes/P. Cadiou         

                                                                                                                                                       

 

 

 

L’abbaye Saint Pierre de Solesmes est aussi le haut lieu du Chant Grégorien, réunissant plusieurs siècles d’histoire de la musique liturgique.

Assister à un office chanté est une expérience profonde et inoubliable, procurant de grandes émotions spirituelles et musicales.

Pour satisfaire la curiosité du visiteur, une maquette de l’abbaye est visible dans la boutique du monastère, ainsi que des illustrations et commentaires portant sur la vie quotidienne des moines et les aménagements à l’intérieur de la clôture.
 
 
 
 
 
 
               Horaires des offices 
Messe conventuelle chantée 10h00 Durée 1h15, 1h45 dimanches et jours fériés
Sexte 13h00 Durée 15 minutes
None 13h50 Durée 15 minutes
Vêpres 17h00 Durée 30 minutes, sauf modification d'horaires selon saison
Complies 20h30 Durée 30 minutes
 
 
 
 
 

 

 

© Abbaye de Solesmes

 

Une journée chez les Moines de Solesmes

 

Décrivez-nous une journée chez les Moines :

Comme en tout monastère, la journée des moines est structurée par des réunions de prières, offices liturgiques de longueur très variable, en latin et chant grégorien, selon le désir exprès de l'Eglise, puisque c'est à Solesmes qu'ont surtout été menés les travaux de recherche pour retrouver ce chant antique, qui s'était déformé au long des siècles. Après les Vigiles ou Matines de 5 h 30 et les Laudes de 7 h 30, les moines se préparent à la Messe de 10 h, centre de la journée,  en méditant la Bible.  Deux brefs offices, nommés Sexte et None, à 13 h et 13 h 50, encadrent le déjeuner. Les Vêpres de 17 h sont le seul office de l'après-midi, et les Complies, à 20 h 30 marquent l'entrée dans le grand silence de la nuit. Tous ces offices, sauf les Vigiles,  sont accessibles au public. De nombreuses occupations remplissent le reste des heures, sans oublier des temps de partage et de rencontres fraternelles. Chacun exerce une ou plusieurs tâches, intellectuelles, à partir de la bibliothèque, manuelles (toute la maintenance), commerciales (éditions grégoriennes et religieuses), relationnelles (accueil des hôtes et visiteurs), musicales, etc. Ni chômage, ni surmenage, ni retraite. Une vie laborieuse mais équilibrée, orientée vers le service de Dieu et des hommes. 
 

Que viennent chercher les novices dans votre​​ abbaye ?

On n'entre pas à Solesmes pour le chant grégorien, mais pour chercher Dieu. Saint Benoît demande des chercheurs de Dieu. La communauté qui accueille le postulant va l'aider et l'épauler dans cette recherche de Dieu. Notre chemin de séparation du monde est d'abord attachement à Dieu.
 

Quel sens a le chant grégorien aujourd'hui, notamment dans la prière ?

Solesmes est renommé dans le monde entier pour le chant grégorien, même si cela n'est pas l'essentiel de notre vie, mais seulement un moyen privilégié de notre recherche de Dieu. Le chant liturgique grégorien a traversé les siècles. Il exprime les multiples sentiments de louange et de supplication des hommes s'adressant à Dieu. 
 

Vos moines font vœu selon la règle de saint Benoît de stabilité, obéissance et conversion des mœurs.  Pouvez-vous rappeler la signification de ces trois vœux ?

Un moine, comme tout religieux, cherche à imiter la vie terrestre du Christ. Ces trois vœux sont d'abord un don de Dieu, car nul ne peut les assumer par ses propres forces. Ce don de Dieu est aussi un chemin de liberté, car ce que l'on peut regarder de l'extérieur comme une contrainte est en réalité un moyen d'être plus libre pour chercher Dieu ; nous renonçons à certains biens de ce monde pour rechercher un bien plus grand : Dieu.  La vie bénédictine comporte un grand équilibre entre la prière et le travail, manuel ou intellectuel, mais tout cela dans l'obéissance. Nous sommes au service du Seigneur dans la louange et au service de nos frères dans la prière et le travail..
 

Témoignage du Père Soltner

A découvrir également : A quelques pas de l’abbaye Saint-Pierre, se dresse l’architecture Néo-Gothique de l’Abbaye Sainte-Cécile, où les moniales mènent une vie contemplative. Le visiteur peut accéder librement à l’église.